Aide à la personne

Troubles de l’accommodation : qu’est-ce que c’est ?

Naturellement, l’œil humain est conçu ; grâce à la pupille et au muscle ciliaire ; pour modifier sa réfraction, dans le but de voir nettement, à une distance donnée. Pourtant, selon les personnes, ce n’est pas toujours le cas. 

Qu’est-ce qui peut causer les troubles de l’accommodation ? 

Bien entendu, des personnes souffrant de myopie ou encore d’hypermétropie ne peuvent pas voir de loin ou de près. Leur vision est sans cesse floue, en fonction des distances. Une personne myope voit bien de près mais pas de loin et inversement pour l’hypermétrope. 

Il est bon de noter que lors du vieillissement (à partir de 50 ans), la capacité d’accommodation s’amoindrit de façon naturelle et inéluctable avec l’apparition, le plus souvent d’une presbytie. La personne a du mal à voir de près, ce qui explique que de nombreuses personnes âgées éloignent les objets ou les livres, afin de mieux voir. 

Seule une consultation chez l’ophtalmologiste permettra de le diagnostiquer pour corriger la vue, grâce à des dispositifs médicaux (lunettes ou lentilles). Pour cela, le professionnel va effectuer une skiaspcopie ; pour évaluer la réfraction dans le but d’écarter certaines possibilités. 

Quand les problèmes classiques sont écartés, on a sans doute affaire à ce que l’on appelle des spasmes accommodatifs. Le muscle ciliaire ; sans cesse sollicité ; se contracte en permanence, ce qui a pour conséquence d’augmenter la puissance de réfraction. 

Ces spasmes, que l’on appelle aussi des cyclospasmes sont relativement courants chez les enfants, chez qui les problèmes de myopie ou d’astigmatisme n’ont pas encore été diagnostiqués. 

Troubles de l’accommodation : est-ce que cela se traite ? 

Quand il ne s’agit pas d’une myopie ou d’hypermétropie, restent d’autres causes possibles pour expliquer les troubles de l’accommodation visuelle. 

En premier lieu une paralysie du muscle ciliaire. Celle-ci peut être provoquée par la prise de médicaments, auxquels l’œil serait intolérant comme des neuroleptiques, un traitement contre la maladie de Parkinson ou encore la prise de drogues. L’arrêt de la prise de ces traitements ou substances assure un prompt rétablissement de l’œil atteint. 

Certaines maladies ont une incidence sur le dysfonctionnement du muscle ciliaire comme le botulisme ou encore la diphtérie. 

Heureusement, les troubles de l’accommodation peuvent être soignés. Le traitement consiste le plus souvent à mettre dans les yeux un collyre mydriatique. Ce dernier va dilater la pupille. Ce traitement quoiqu’indolore ne convient pas à tous, notamment aux enfants et aux personnes âgées. Il est alors important de suivre scrupuleusement la posologie indiquée par le professionnel de santé, sous peine d’avoir des réactions ou des effets indésirables. 

Dans certains cas de troubles de l’accommodation, une alternative séduisante pour les myopes mais aussi les hypermétropes peut être trouvée en l’intervention chirurgicale. 

 Il s’agit d’implanter dans la cornée des lentilles qui sont dites intraoculaires. Il n’est pas possible de les retirer comme on le ferait avec des lentilles classiques. Les yeux, après cette opération, apprennent à focaliser, quelle que soit la distance, sans problème et ce, quel que soit le problème initial. 

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Content
0
Amoureux
0
Pas sur
0

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Article: